Dorian Brumerive (1972-20XX)

Portrait 2018

Homme de lettres, journaliste, écrivain, parolier, mélomane, tentant vainement de concilier romantisme et naturalisme, académisme et modernité. Je suis à la fois une chose et son contraire, sans quoi je ne serais pas entier.
Ceci est un journal posthume rédigé de mon vivant, suivant les humeurs du moment et les évolutions du monde, bien que je me sente peu d’affinités avec le monde en ce moment.
Il est écrit en temps réel mais sera peut-être dans l’avenir alimenté en archives plus anciennes.
J’y parle très souvent des femmes, car pour des raisons de santé, j’ai décidé de m’en tenir loin. Cependant, elles me manquent. Parce qu’elles sont loin. Et je les aime tendrement, aussi parce qu’elles sont loin. La distance est un facteur primordial dans les rapports humains. Tout le reste se révèle toujours douloureux.
J’y parle aussi d’objets, de livres anciens notamment sur mon autre blog (Mortefontaine). J’aime beaucoup les objets, ils m’ont rarement déçu. Ils ont de belles histoires à raconter. Ils ne se vengent pas quand on les quitte, ils ne se lassent pas quand on les garde. Allez vous étonner après cela qu’on rêve de femmes-objets…
Mais ce n’est pas bien, j’en suis conscient.