Melancholia [Poisson Solo ]

4b47489965c3901f320be8075322a383

Quatrième collaboration de ma plume avec l’artiste Poisson Solo, cette fois-ci dans une évocation du Paris nocturne que j’ai tant arpenté dans mes jeunes années, et heureusement pas toujours dans un esprit aussi tragique que ce qui est conté ici.
Jusqu’à présent, Poisson Solo m’avait confié des mélodies sur lesquels j’avais posé des mots. Cette fois-ci, nous avons travaillé de manière inverse. Le texte est venu naturellement sous ma plume, il me travaillait depuis un ou deux mois. Je tenais à le faire comme je le sentais, quitte à ce que Poisson Solo taille dedans, pour que ça puisse rentrer sur sa partition. Au final, il n’a pas déplacé une virgule. J’étais parti sur l’idée d’une ballade au piano un peu jazzy, mais c’est une mélodie à la Erik Satie qui s’est dégagée, bien plus belle et plus inspirée que ce que j’aurais pu imaginer.
J’aime particulièrement cette chanson. D’abord, parce que le texte en est plus élevé et moins pop que ce que j’avais fait précédemment; ensuite parce qu’il s’agit véritablement d’une mise en musique de mes mots. Je n’ai pas véritablement écrit les paroles d’une chanson, on a fait une chanson autour de mes paroles, et une très belle chanson qui plus est, tout à fait en accord avec mon univers. C’est, je crois, la première fois que mon travail inspire une création vraiment remarquable, et c’est peut-être la plus belle récompense pour un artiste; que son travail inspire d’autres œuvres d’art, peut-être plus abouties, plus achevées. Ça me donne l’impression de transmettre un peu de cette beauté que j’ai tellement cherché à exprimer, dans mes écrits, sans avoir plus que ça l’impression qu’il en reste quelque chose. Là, il y a une mélodie entêtante, une ambiance qui illustre ce que j’ai voulu évoquer, et de vieux souvenirs qui se dessinent au travers d’une mélodie qui n’est pourtant pas née de mon imagination à moi.
J’aimerais que cette chanson reste dans l’âme et le cœur de ceux qui prendront plaisir à l’écouter; sans doute vaut-elle mieux que beaucoup d’autres de mes écrits. Elle témoignera pour la postérité d’une jeunesse fin de siècle, imprégnée de la précédente fin de siècle. Une jeunesse qui fut un peu la mienne, pas totalement car je ne suis pas plus suicidaire que l’exige l’étiquette romantique, mais cette musique fait revivre en moi bien de lointains souvenirs noctambules. Peut-être fera-t-elle sur vous le même effet, pour peu que vous ayez connu, à un moment de votre vie, l’étrange aventure d’une promenade nocturne dans un Paris à la fois ténébreux et enluminé…
Je remercie en tout cas, une fois de plus, Poisson Solo, pas seulement de m’avoir écrit une chanson, mais de m’avoir offert une de ses plus belles et de ses plus justes mélodies, alors que je ne lui en demandais pas tant.
C’est une vraie chanson noctambule, à écouter de préférence la nuit, avec un clip diaporama à regarder dans le noir, pour plus d’immersion. Et c’est un hommage à quelques grands écrivains et poètes, sans lesquels je ne serais pas l’homme que je suis aujourd’hui…

Melancholia facebook

Ci-dessous, le lien direct vers le « clip » de Melancholia :
(Visible et audible seulement si vous êtes inscrit(e) sur Facebook)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s