DIA : Cache-Cache Avec Les Sirènes

yebin2

Regards sur la Pop Féminine Coréenne #3 ——————————————————————————–

DIA est un groupe dont tout le monde en Corée du Sud s’accorde à reconnaître le talent, mais qui ne parvient pas à atteindre le haut des charts, son plus grand succès commercial n’ayant pas dépassé les 8 millions de vues sur YouTube. A cela, plusieurs raisons : DIA n’a pas jusqu’ici signé de « tube historique », comme le « Russian Roulette » des Red Velvet ou le « What Is Love ? » des Twice. Le groupe s’investit dans un style musical bien précis, mêlant réminiscences new-wave et jazz-funk 80’s, s’éloignant progressivement des influences R&B de ses débuts. Un choix artistique en partie explicable par le line-up, car DIA est aussi le seul groupe kpop dont plusieurs membres sont réellement musiciennes : Yebin est guitariste, Eunice est bassiste et Jueun est à la fois pianiste et guitariste. Elles participent très souvent à leurs propres compositions, mais néanmoins, ce qui devrait pourtant les réunir aurait plus tendance à les diviser, car DIA est aussi un groupe de personnalités dominantes et très hétérogènes. Les filles y sont belles mais fort différentes les unes des autres, l’hostilité étant même parfois tangible entre certains membres. Elles sont plus ou moins sexy, plus ou moins femmes-enfants, leurs voix ne sont pas toujours complémentaires, et elles peinent à se tenir à un univers clairement établi, jouant trop souvent sur deux ou trois esthétiques incompatibles entre elles (lolitas candides à la japonaise, teenage girls hip hop à l’américaine, figures de mode classieuses à l’européenne). Mais leur identité commune est de chercher à incarner une certaine vision libérée et progressiste de la femme, dans un pays encore très influencé par le culte très conservateur (et hérité du Japon) de l’écolière en jupe longue.

Ajoutons à cela quelques choix commerciaux discutables : ainsi, le précédent album de DIA a été dispatché en 6 Maxis-CD différents, ce qui revenait à payer six fois pour des fragments du même disque afin de l’avoir en entier. Même les plus ardus collectionneurs ont tiré la sonnette d’alarme, et l’album « fractionné » de DIA fut un échec, immédiatement suivi par la retraite précoce de l’une de ses membres pour raisons de santé.
Il ne faut donc pas se laisser abuser par le caractère lumineux et enthousiaste de ce clip : c’est un groupe saigné à blanc et en grande difficulté qui présente son sixième opus, lequel pourrait bien être l’un des derniers, si le succès n’est pas au rendez-vous.

Jueun

Le « comeback » pour un groupe coréen installé est toujours un exercice de style visuel compliqué, car la concurrence est rude, et tous les groupes sortent généralement au moins deux disques par an, parfois plus (le principe du mini-album de 20 minutes, importé du Japon et très populaire, permet d’optimiser un produit musical court que l’on connait vite par cœur et qui suscite rapidement un manque). Néanmoins, cette fréquence de publication a un revers : il ne faut même pas trois ans pour qu’un groupe semble « vieux », même si aucun de ses membres n’a plus de vingt-cinq ans.
Le clip marquant le « comeback » doit donc à la fois permettre de reconnaître aisément les membres du groupe, et en même temps les montrer sous un nouveau jour comme s’il s’agissait de débutantes : nouvelles coupes et nouvelles teintures de cheveux, nouveaux maquillages, nouvelles lentilles de couleur, et un vrai brainstorming pour choisir et faire fabriquer des vêtements et des accessoires (bijoux, boucles d’oreilles) spécifiques, tout ça pour tourner un clip et faire une série de plateaux télés en tenue complète. Un single, dans la kpop, c’est à la fois une chanson, un clip, un parti-pris visuel et une chorégraphie, tout cela étroitement lié sur le plan du management.
S’ajoutent à cela des problèmes hélas dus à la puberté. Les jeunes filles ont en moyenne 16 ans quand elles incorporent un groupe, et de même qu’il y a des adolescences ingrates qui se bonifient avec le temps, il y en a d’autres qui sont superbes, mais qui se défont sensiblement au passage à l’âge adulte. Outre donc un programme sportif continu et un régime rigoureux, ces jeunes filles doivent souvent, à plusieurs reprises, se faire refaire certaines parties du visage de manière à ce qu’il reste juvénile et harmonieux.
La Corée du Sud est l’un des pays les plus avancés en matière de chirurgie esthétique, les résultats y sont sans commune mesure avec les horreurs qu’on voit ici. D’autant plus que les interventions pratiquées sur ces jeunes stars sont véritablement « esthétiques », visent à corriger les déséquilibres d’un visage et non pas à tenter de contrer les ravages du temps. Donc, en général, l’opération est quasi-invisible et le résultat impressionnant. Il n’y a qu’en comparant la figure de telle ou telle membre du groupe, entre son premier clip et le dernier, qu’on s’aperçoit que ce n’est plus tout à fait la même personne…
En dépit de la spécialisation du pays, la chirurgie esthétique des popstars reste en Corée du Sud un tabou qui scandalise encore la plupart de leurs fans. Il faut voir dans ce paradoxe la résultante de la mentalité asiatique pour laquelle rien n’est plus respectable que la valeur « travail ». La beauté qui surgit du scalpel garde une image de facilité et de tricherie, d’autant plus que ce sont les agences auxquelles sont affiliées les jeunes filles qui payent les opérations, et pas les membres du groupe elles-mêmes.
Néanmoins, le public n’a que rarement son mot à dire dans l’histoire. On lui demande de consommer et de payer, et pour tout le reste, il est invité assez ostensiblement à fermer sa gueule et à se plier aux règles du jeu. Au moindre problème, les campagnes de dénigrement sur Twitter fleurissent comme ailleurs, mais n’aboutissent jamais à rien, les agences se murent dans un mutisme dont rien ne peut les sortir. La plateforme V Live, sorte de YouTube coréen exclusivement réservé aux représentations artistiques ou médiatiques, n’accepte pas que les internautes laissent des commentaires en dessous des vidéos. Ils peuvent néanmoins utiliser le tchat latéral, au temps d’exposition plus que bref, au nombre de caractères et d’émoticônes limité, et où la case où l’on doit taper son texte est induite par un avertissement sans ambiguïté : « Say something nice ».
Néanmoins, si la frontière entre consommables et consommateurs est aussi massive que celle, territoriale, entre les deux Corées, la recherche artistique et le succès commercial de cette industrie pop justifient amplement ce cloisonnement glacé, qui a de plus le mérite de préserver la vie privée des jeunes stars avec une rigueur qu’aucun label occidental ne serait en mesure d’appliquer à ses artistes.

Jenny

Pour revenir au nouveau clip de DIA, l’exercice de style, qui consiste à prendre huit jolies filles pour à en sublimer la beauté de manière onirique, est ici pleinement réussi. Jusque là cantonnée dans un rôle assez discret, la vocaliste Jenny (de son vrai nom Lee So Yul) est particulièrement mise en avant, grâce à un maquillage plus sophistiqué, une coupe au carré très élégante et des lentilles bleu-gris qui lui vont à ravir. Elle est d’ailleurs une des seules dans ce groupe à ne jamais avoir recouru à la chirurgie esthétique. C’est une beauté de « next door girl » quelque peu optimisée mais néanmoins 100% naturelle que l’on découvre ici, dans toute la magnificence de ses vingt-deux printemps.
Quant au single lui-même, « Woo Woo » est une chanson légère, simpliste, entêtante mais tout de même un peu poussive pour un tube de l’été, et qui hélas ne rencontrera pas, à mon sens, un immense succès, d’autant plus que le mini-album dont il est tiré, « Summer Ade », sort dans la foulée du « Summer Magic » de Red Velvet, le « Summer Nights » de Twice, le « Summer Dream » d’Elris, le single « A Piece Of Summer » des Lovelyz, et que tout ça commence à faire beaucoup de tubes de l’été pour un seul été déjà bien entamé.
Le choix de confier le titre phare au compositeur Shinsadong Tiger, dont l’échec du « No More » d’UNI.T est encore cuisant, n’était sans doute pas l’idée du siècle, même si elle témoigne d’une belle fidélité artistique. Reste que « Summer Ade » est du DIA de bonne facture, délicieusement féminin, soigneusement produit, avec quelques touchantes ballades jazzy et un travail de composition sans originalité mais tout à fait soigné et agréable à l’oreille.
En dépit de son titre, « Summer Ade » n’est cependant pas plus estival que ça, et reflète un côté cosy et urbain beaucoup plus « around midnight » dans l’esprit, et de ce fait, guère en accord avec le visuel et le thème du mini-album. Ça s’écoute avec plaisir, mais malgré un son qui se veut plus américain, plus « vintage west coast », il y a peu de chances que cela apporte au groupe la reconnaissance tant attendue, d’autant plus qu’il manque quand même dans ce disque un vrai tube fédérateur ou, à défaut, des morceaux un peu plus originaux comme l’étaient « LO OK », « Good Night » ou « Darling My Sugar », tous sortis l’année dernière.
Enfin, au sujet du clip de « Woo Woo » en lui-même, que dire d’autre sinon qu’avec d’aussi jolies créatures, il pouvait difficilement être raté ? On pourra néanmoins trouver le montage un peu trop expéditif. Malgré quelques gros plans irrésistiblement« kissables », il est difficile de contempler n’importe laquelle de ces demoiselles pendant plus de 3 secondes d’affilée, ce qui est un peu dommage vu qu’elles sont presque toutes vraiment sublimes, même lorsqu’elles mâchouillent des pizzas ou le dernier numéro de Vogue.

dia2

Je parle de Vogue, mais je pourrais tout aussi bien parler du journal « Le Monde Diplomatique », que Chaeyeon semble tout autant apprécier. Voilà une lecture bien sérieuse pour une jeune fille ! Comme quoi il faut se méfier des apparences…
(Hello, Chaeyeon, do you speak french ? Can you read me ? Do you want we talk about the Alexandre Benalla affair or the big mess of Parcoursup ?)

mondediplo

Bref, c’est plaisant, sans être inoubliable et ça ravit les sens, ce qui n’est pas si mal. On sera peut-être interloqué par l’étrange plan final sur le téléphone (vintage, lui aussi), mais comme il y a sur « Summer Ade » un autre morceau pouvant être utilisé en single et qui s’appelle « Pick Up The Phone », je pense que c’est un astucieux renvoi à un éventuel futur clip. Et oui, il y a du concept derrière tout ça, qu’est-ce que vous croyez ?

Un dernier détail, plutôt original. Le clip propose dès le début de jouer à un jeu : repérer huit objets cachés ou furtivement montrés dans la vidéo :
– Une paire de lunettes.
– Un porte-clés en forme de guitare
– Un Polaroïd
– Des cerises
– Un gâteau (ou une part de gâteau)
« Yellow Base » ? (Je crois que c’est le nom d’un produit cosmétique)
– Un anneau doré
– Un bonbon.
Huit objets pour huit filles, il y a gros à parier que chacune d’entre elles doit, à un moment donné, brandir son objet. L’air de rien, ce n’est pas si facile : après une dizaine de visionnages, je n’ai repéré que la paire de lunettes (sur Eunchae à gauche), le porte-clés en forme de guitare (pendant de la main droite de Yebin), l’anneau doré (à l’index de Huihyeon) et les cerises (dans un pot de grès posé en face des genoux de Chaeyeon).
Impossible pour moi de trouver les quatre autres objets, pas même le Polaroïd qui devrait pourtant être facilement identifiable. Si vous voulez vous y essayer, le lien est juste en-dessous…
Il y a quelque chose à gagner si on poste les captures d’écran des objets secrets sur Instagram, en y joignant les hashtags du groupe et de son single, mais comme je n’ai pas de comptes Instagram, je n’y ai joué que par amusement, et c’est de manière parfaitement désintéressée que je vous donne la moitié de la solution… 😉

ClipboardClipboard2

Album : « Summer Ade » (Interpark Records). Disponible sur Asiaworldmusic.fr et les boutiques parisiennes Musica.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s