Nature : Sages Comme Des Images

NAT8

Regards Sur la Pop Féminine Coréenne #2 —————————————————————————

Tout nouveau, tout beau, et surtout juvénile et débridé, voici les premiers pas d’un jeune groupe féminin nommé Nature, et qui semble vouloir donner le meilleur de lui-même. Huit jeunes filles (la neuvième dans le clip, petite rousse pourtant charmante, a jeté l’éponge juste après le tournage) d’une incroyable fraîcheur et d’un irrésistible dynamisme, dont six coréennes, deux chinoises et une japonaise. Un veritable commando de l’amour à l’énergie débordante qui a choisi de chanter l’amour des études et de la culture, de quoi faire rêver bien des jeunes parents.
« Allegro Cantabile » est plutôt à la base une très romantique chanson d’amour, mais l’agence de Nature a choisi de l’illustrer via un clip à la fois d’une niaiserie virginale et d’une ironie mordante, qu’on ne sait trop exactement à quel degré il doit être pris. Nous avons là une brochette de jeunes nymphes qui semblent, d’une extrême jeunesse (elles sont cependant moins jeunes qu’elles en ont l’air), et qui partent à la conquête des sciences naturelles (ou des SVT, comme on dit maintenant), avec un enthousiasme communicatif et une candeur surnaturelle, et ce non sans s’autoriser quelques tirages au flanc bien de leur âge (hoola hoop, soirées entre copines et consommation hystérique de bonbons).
Dans cette école imaginaire aux allures de serres, dont elles sont les seules élèves, les neuf lolitas comblent l’inexplicable absence de tout professeur par une organisation méthodique d’exploration de leur environnement immédiat : bibliothèque scientifique, dont on parcours les livres avec passion, fleurs environnantes qu’on étudie à la loupe, expériences de floraisons qu’on tente assez curieusement de provoquer par la concentration mentale ou invasion du laboratoire, avec expérimentations chimiques aux résultats décevants.

NAT6

Pourtant, dans cet étonnant jeu de pistes estudiantin, il semble que la connaissance soit ici moins importante dans sa finalité que la volonté frénétique de saisir et de domestiquer les mécanismes de la beauté. « Small changes, big results » : c’est le titre du livre que deux des jeunes filles tentent d’attraper tout en haut d’une étagère dont le contenu va subitement s’abattre sur leurs têtes. Cette quête effrénée du résultat primordial dénote d’un autoritarisme qui fait un peu froid dans le dos, mais dont il est clairement établi qu’il s’agit là de l’apanage d’une jeunesse essentielle qui veut maîtriser de la vie les merveilles dont elles se sentent dépendantes.
Ainsi de la fleur que ces jeunes filles, fort religieusement, veulent faire éclore par la simple force mentale de leur esprit, il n’est finalement question que de contraire la nature à dispenser ses beautés sur commande. Naïveté trop grande ? Peut-être, mais il faut y voir avant tout un symbole d’une des premières leçons de l’existence : le monde n’est pas à notre botte, il ne nous obéit pas. Ni les plus primaires de nos besoins, ni les plus raffinées de nos aspirations ne reçoivent obéissance d’une nature qui existe malgré nous, en dépit de nous, qui est certes notre mère nourricière mais ne l’est pas de gaieté de cœur. S’intéresser à la science est, par ailleurs, un postulat de découvreur, mais nullement de créateur. Comme dans n’importe quelle autre situation de l’existence, on y découvre bien plus facilement des impasses que des chemins de traverse. Les neuf adolescentes découvrent avant tout, comme fruits de leurs expériences, l’amertume tenace de les voir échouer.
C’est là néanmoins le côté déplaisant mais efficient d’une réelle démarche initiatique.

NAT4

Il ne faut pas néanmoins déduire que l’ensemble du clip diffuse un aussi fort potentiel philosophique. En tant que première vidéo d’un groupe, « Allegro Cantabile » veut avant tout présenter des visages encore inconnus qu’il faut rendre adorables. On s’attarde donc plus que de rigueur sur certaines expressions pâmées ou sur des regards globuleux et enfantins. On est d’ailleurs dans ce sens plus proche du « kawaii » japonais, le caractère enfantin des jeunes filles est surjoué jusqu’au malaise, car paradoxalement, ces demoiselles ne sont plus des enfants, et ont parallèlement des postures féminines et aguicheuses. Je doute qu’elles n’inspirent que des sentiments paternels.
De ces figures imposées se dégagent essentiellement le visage angélique d’Uchae, vitrine du groupe, jeune fille sage idéale, peut-être même trop, mais talonnée de près par les deux brunes à franges, Saebom et Lu (prononcer « Lou »), dont les attitudes provocantes et les regards plein d’assurance devraient rapidement conquérir le cœur des fans plus efficacement que la prétendue pureté enfantine d’Uchae.
Enfin, on remarque aussi Sunshine, la « maknae » (c’est-à-dire la cadette) de Nature, dont le style et la coupe de cheveux vieillotte sont assez insolites, et la chinoise Gaga, aussi de par sa particularité capillaire qu’on peut qualifier sans peur de « choucroutesque », et qui nécessitera à mon sens une mise au point pour les prochains clips.
Quant à la musique en elle-même, on y trouve sans surprise une influence japonaise manifeste, du fait que son compositeur, Atsushi Suemitsu, est lui-même japonais. On sera plus surpris de trouver à la première partie du refrain un indéniable côté Karen Cheryl période disco. Cependant, le morceau affiche un style résolument rock, même si les guitares sont mixées très en arrière, ce qui le rend assez original au milieu de la production essentiellement électronique ou jazz de la scène pop coréenne, mais qu’il va être compliqué d’exploiter en conservant à ces jeunes filles ce côté « vintage virgins », certes tout à fait ravissant, mais peu en phase avec la musique. Et je ne vous dis pas tout ce que ça doit coûter en location de robes rétros des années 1900 à 1950, parce que je ne sais pas pour vous, mais des jeunes filles d’aujourd’hui habillées comme ça, moi, je n’en vois nulle part.

NAT3

Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir : Nature est un groupe qui ne part pas si mal, avec un titre à la fois tout public et volontairement original. Les filles sont belles, elles savent être drôles, elles dansent très bien, et font preuve d’une incroyable assurance compte tenu de leur extrême jeunesse. On ne peut que leur souhaiter une belle carrière, et de continuer à souffler un agréable vent de fraîcheur dans un style musical qui a parfois bien du mal à se renouveler.
Et puis, franchement, quelle chorégraphie sportive et délirante ! Quelle chorégraphie, mais quelle chorégraphie, bon sang !

Single : « Nature – 1st Single Album » (Stone Music Entertainment). Disponible via le site Asiaworldmusic.fr ou dans les boutiques parisiennes Musica.

NAT5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s