Un Peu De Budget Pour La Vie Et Les Nécessités

Clipboard

Vous aimez ça, hein, les fausses chouineuses ? Les victimes larmoyantes-mais-positives, frappées par le destin mais dignes, chastes et déterminées ? Vous allez être contents. Voici la pintade de l’année dans un grand numéro d’Actors Studio à l’américaine, qui serait presque convaincant si la jeune femme n’était pas française, et déjà encombrée d’un lourd passif de caractérielle et de demi-psychopathe.
Ancienne Miss Météo du Grand Journal, Solweig Rediger-Lizlow, désormais nasalement nantie d’un anneau à vaches, a suffisamment mal géré son absence de carrière pour se retrouver au bord de la ruine, isolée dans un pays étranger (l’Italie selon elle, l’Allemagne selon son site de crowfunding) suite à un refus de visa pour les États-Unis, où elle vivait encore il y a peu, et dont elle se trouve toujours obligée de payer loyer et factures pour un appartement qu’elle ne peut hélas pas rejoindre.
Avec une candeur désarmante, Solweig nous explique la terrible découverte de la précarité, à laquelle une jeune fille comme elle, c’est-à-dire une ancienne miss Météo, n’était pas préparée, et vraiment, elle vous le jure, elle ne se doutait pas qu’il y avait tellement de choses à payer quand on est pauvre et anonyme. Puis, avec la volonté torturée de ne pas être offensante, elle se plaint néanmoins d’avoir à partager son espace vital avec une nonagénaire qui pue dans un appartement sans le moindre personnel pour faire le ménage et ranger ce qui n’est pas à sa place. Il faut la comprendre, c’est une artiste, c’est une grande sensible… Quand elle va mal, elle va vraiment très mal, ce qui veut bien dire qui ne lui en faut pas beaucoup pour perdre le sourire…
Bref, si on l’écoute, elle traverse la misère la plus noire, elle en a les larmes aux yeux et les paupières fardées de chagrin. Mais elle veut rester digne, positive, et enchaîne toute une série de gestuelles et d’expressions faciales empruntées à des actrices américaines de séries télé, dont l’évidente maîtrise dénie pourtant l’état de détresse dans lequel elle prétend se trouver.
De ce fait, Solweig vous demande – nous demande ! – rien moins que de payer ses factures, parce qu’elle ne voit pas trop l’intérêt de les payer elle-même, et qu’elle ne va quand même pas se mettre à travailler, non ?
Si vous avez le courage, n’en restez pas à cette simple vidéo, allez visiter sa page de crowfunding, où tout est raconté dans une orthographe nettement meilleure que celle des sous-titres « de brique et de braque » de la vidéo (Force-t-elle l’analphabétisme pour émouvoir les analphabètes, ou confie-t-elle la gestion de son crowfunding à un complice mieux lettré ?). Toujours est-il qu’en plus d’un résumé tout à fait pro des mésaventures qu’elle raconte ici de manière volontairement décousue pour faire croire que c’est spontané, Solweig vous fait le décompte de ses dettes, dont on notera au passage 150€ pour une « visite chez le dentiste ». C’est un dentiste qui doit prendre très cher, puisqu’elle ne fait pas allusion à des soins dentaires et qu’elle ne l’a « visité » qu’une seule fois. Curieusement, elle ne précise pas ses frais en cocaïne, mais je pense qu’ils doivent être inclus dans les « prêts que j’ai besoin de fermer », vu qu’il arrive qu’on rembourse des prêts, mais pas qu’on les ferme… Encore que non, suis-je bête ! Il y a aussi sur la facture : « Un peu de budget pour la vie et les nécessités jusqu’à ce que je réussisse à obtenir un emploi là-bas », soit 2000€ tout rond. Deux mois de SMIC juste pour son standing, c’est effectivement un petit budget pour la vie, vraiment… Mais bon, si on inclut les sachets de coke, ça nous fait déjà une somme plus raisonnable.
Enfin, le plus sérieusement du monde, Solweig demande 15€ pour « un paquet de bœuf séché (facultatif mais il me ferait vraiment plaisir) ». Ouf, heureusement que c’est facultatif, hein ? Pour un peu, on se serait cru obligé d’aller lui faire ses courses à la supérette à côté. Déjà que vers la fin, elle semble regretter de ne pas pouvoir nous ordonner de laisser des commentaires ou de suivre sa chaîne YouTube…
Je vous laisse découvrir seuls l’ampleur du désastre chez cette jeune personne dont la dignité vaut moins qu’un paquet de bœuf séché. Je ne m’abaisserai point à lui rappeler que la prostitution ou une reconversion dans le porno lui permettraient de retrouver une activité florissante en restant dans l’esprit général de sa carrière passée – d’autres plus intéressés que moi par ces perspectives l’ont déjà fait dans les commentaires -, mais j’aimerais bien savoir ce qui empêche cette jeune femme de rentrer tout bonnement en France, dans sa maison familiale, et de chercher un emploi ici. De même, j’ai du mal à croire que Solweig ayant travailloté depuis huit ans dans pas mal de médias n’ait pas d’amis en France disposant d’un visa pour les États-Unis, et pouvant y organiser un déménagement du contenu de son appartement américain vers la France, l’Italie ou l’Allemagne, quel que soit l’endroit où elle se cache. Certes, ça coûterait cher, mais moins que de payer un loyer pendant des mois ou des années pour un appartement inaccessible…
Tout ça ne tient donc pas vraiment debout, tout simplement parce que ce doit être très largement imaginaire. Ce que Solweig veut, c’est simplement que vous l’entreteniez, parce que gagner sa vie, c’est fatigant, et elle n’a pas que ça à faire. Alors certes ce n’est pas donné, mais Solweig vous assure que ce sera bien rendu. Déjà, elle est prête à vous dédicacer des polaroids. Si c’est pas un beau cadeau, ça ! Ah, ce n’est pas votre voisine de palier qui pourrait en faire autant !
Et notez bien ceci aussi : « Pour un don de plus d’un million, je vais partager avec tous ceux qui me suivent ». Ça, l’air de rien, c’est vachement beau, tellement c’est en faveur du partage équitable des richesses. Reste que Solweig n’est pas cotée en bourse, pas la peine d’espérer une plus-value, et on se demande bien ce qui pourrait pousser un gars à lui donner un million pour qu’il soit redistribué à ses rivaux.
Mais bon, les connes ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît, comme disait Audiard, et à notre époque de mercantilisme virtuel du rêve, la connerie qui se vend au culot trouve toujours preneuse. À l’heure où j’écris ces lignes, Solweig s’est déjà fait offrir pas loin de 3000€ depuis deux semaines que cette vidéo a été mise en ligne. C’est déjà beaucoup, vu la pauvreté du concept, mais pas encore assez pour que Solweig puisse mener la vie de star qu’elle ambitionne bien qu’elle n’en soit pas une. Donc je partage ce précieux document du XXIème siècle pour l’édification des générations futures, car après tout, plumer les gogos, c’est le fondement de la société capitaliste occidentale, et on se demande bien pourquoi il faudrait remettre ça en question, n’est-ce pas ?
« J’ai envie de vous connaître. Je suis sûre que vous êtes spéciaux, on l’est tous. », nous dit la jeune femme bouleversée en fin de vidéo – ce qui revient pourtant à dire que personne ne l’est. Néanmoins, il faut être effectivement quelqu’un de spécial pour donner de l’argent à Solweig Rediger-Lizlow, et il faut être encore plus quelqu’un de spécial pour être Solweig Rediger-Lizlow, qui vend sa condescendance éplorée avec aussi peu de scrupules.
Oui, nous sommes tous spéciaux, nous sommes tous humains, nous sommes tous égaux, nous sommes tous des héros, nous sommes tous des gens extraordinaires, mais c’est toi qui paye et moi qui suis payée : Une belle leçon de philosophie américaine et libérale, on sent que la jeune femme a bien profité de ses années vécues là-bas…
Enfin, pour une fois qu’il y en a une qui admet être plus harceleuse qu’harcelée, on ne va pas s’en plaindre, hein ? Par contre, je vous invite à passer votre chemin après avoir contemplé brièvement ce phénomène de foire virtuel. Il ne faut jamais se faire de mouron au sujet des jolis minois, elles trouveront toujours des benêts sur lesquels exercer une emprise. Il n’y a hélas que d’elles-mêmes qu’on ne puisse durablement les sauver…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s