Les Nerfs De Laguerre

laguerre

Voilà donc la jeune femme (ou transgenre, j’ai un doute) qui s’est prise une gifle dans la rue après avoir répondu à un type qui l’apostrophait. Il y avait un doute sur ce qu’il lui avait dit. Au final, il semble avoir juste émis des bruits vulgaires, des sifflements, des onomatopées diverses.
Évidemment, un type qui fait ça à une fille dans la rue, ça a un nom : ça s’appelle un gros con. C’est une espèce extrêmement répandue pour ne pas dire dominante. Une espèce qu’il ne faut pas espérer raisonner. En 20 000 ans d’histoire de l’Humanité, ni la religion ni la science ne sont parvenues à faire d’un gros con quelqu’un qui réfléchit et qui raisonne. Il ne faut pas croire que cela changera un jour.
Ensuite, l’autre problème, c’est que si l’agresseur est un gros con, la victime est hélas elle aussi, et on le constate amèrement en l’écoutant, une sacrée grosse conne, puisque appréciant à sa juste valeur l’exposition médiatique que lui vaut cette gifle, et dont on se demande si elle n’en souhaiterait pas en recevoir d’autres histoire d’arriver jusqu’au prime time de BFM, elle encourage tout bonnement les autres femmes se retrouvant dans sa situation à faire comme elle – ce qui est d’une stupidité et d’une inconscience hallucinantes, et je ne comprends pas que France Info se fasse le relais de ce genre de propos.
Car si Marie Laguerre veut la guerre, qu’elle la fasse elle-même si ça lui chante, mais qu’elle n’incite pas d’autres personnes à des sursauts d’orgueil qui peuvent être bien plus dangereux pour elles. Encore une fois, un gros con, c’est un gros con. Ce n’est pas un type sympa qui s’oublie, c’est juste un gros con qui consacre 100% de son temps à avoir des réactions et des idées de gros con ! L’éradication de la connerie étant une tâche d’une ampleur colossale, inutile donc que Marie ramène la sienne, puisque au final, elle s’en sort plutôt bien dans cette histoire. Le cendrier que le type lui a jeté aurait pu lui arriver dans l’œil. Il se trouve que son agresseur était un bonhomme assez frêle et probablement marginal vu son allure. Dans une autre situation, ça aurait pu être un type qui se serve de ses poings, de ses pieds, ou éventuellement qui sorte un couteau. Et dans ce cas-là, il n’est pas sûr que la petite dinde qui montera sur ses ergots soit en mesure de faire une interview sur France Info suite à l’agression, sinon depuis le fond d’un cercueil.
Il ne faut jamais oublier que les gens qui sont malades de frustration – et il faut l’être pour faire ce que ce type a fait – sont des gens qu’il est risqué de pousser à bout si on n’est pas en mesure de se défendre.
D’autant plus que Marie peut redescendre de son trône, il est très probable que son agresseur ne sera nullement condamné, et pour cause : sur le plan juridique, c’est elle qui l’a agressé, car les bruits et les éructations qu’il a émises ne sont pas formellement identifiables comme une véritable prise de contact. La prise de contact, c’est Marie Laguerre qui l’a réalisée, par une réponse injurieuse qui, elle, pourrait fait l’objet d’une éventuelle poursuite.
Il faut connaître un minimum les lois et ne pas en rester sur ses propres principes. N’importe quel tribunal reconnaîtra que l’homme a commis une incivilité, puis la femme l’a injuriée, et en retour, il l’a agressée. Une incivilité n’est condamnable que sur un plan moral. Par contre, une injure peut faire l’objet de poursuites, une agression aussi, mais comme dans ce cas présent, elle répond à une injure, il y aura des circonstances atténuantes… D’autant plus qu’on voit très bien que Marie Laguerre provoque l’homme, reste sur place, le pousse justement à commettre une agression, alors qu’à la base, il ne faisait que la croiser et n’a pas essayé de la suivre.
Au final, ce monsieur est un gros con, et Marie Laguerre est une grosse conne, voilà la parité équitablement respectée. Dommage que ces deux-là ne se soient pas abordés autrement, ils me semblaient faits l’un pour l’autre…
La morale de cette histoire, messieurs, c’est qu’il ne faut pas se comporter comme ce type, et éviter de manifester bruyamment ou oralement vos pensées salaces. Quant à vous, mesdemoiselles, il ne faut pas se comporter comme Marie Laguerre, qui a exposé inutilement sa vie, sans doute par désir de passer à la télé. Faites que votre envie d’exister ne mette pas en péril votre existence. Un type borderline ne sera pas moins borderline parce que vous le regarderez au fond des yeux, et vous lui direz : « Ta gueule ! ». Bien au contraire, lui ne se percevant pas forcément comme un agresseur, se sentira brusquement agressé, et se dira qu’il ne va pas se déballonner devant une gonzesse. Et ça ne se terminera pas toujours par une simple gifle… N’oubliez pas qu’aux yeux d’un obsédé, vous n’êtes qu’un bout de viande dont il savoure le fumet au passage, mais dans lequel il n’aura pas de scrupules à trancher, faute de mieux. Plus vous chercherez à exister devant lui comme individu, comme personne respectable, moins ça se passera bien pour vous…
N’essayez pas d’instruire les imbéciles ou de vous faire respecter par eux, contentez-vous de les éviter au maximum. Et surtout, par pitié, mesdemoiselles, arrêtez donc de penser que la vie est une série américaine qui finit toujours bien à la fin et dont les victimes sont l’objet de toutes les attentions. La vie n’est pas un film hollywoodien, ce serait plutôt une comédie à l’italienne où les plus orgueilleux sont toujours les plus malmenés, et où la ronde des vanités se termine souvent au cimetière.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s